La maintenance prédictive va transformer les métiers de la réparation

- - Non classifié(e)

Rencontre du troisième type : le développement de l’intelligence artificielle et de l’Internet des objets (IoT) a permis l’émergence d’un nouveau mode de maintenance. Déjà largement répandue en milieu industriel, la maintenance prédictive est sur le point de s’installer au cœur des appareils d’électroménager, et va faire évoluer les métiers de la réparation dans les prochaines années.

L’Internet des Objets – Equipements de la maison connectés à un smartphone

Corrective, préventive, prédictive

Si la maintenance corrective propose de réparer ou remplacer une pièce une fois la panne constatée, la maintenance préventive permet d’anticiper les pannes grâce à un calendrier d’interventions régulières. Quant à la maintenance prédictive, elle va encore plus loin : le but des fabricants est de détecter le plus tôt possible les signes annonciateurs de panne pour réduire les coûts et augmenter la disponibilité de l’appareil. Largement adoptée par les entreprises industrielles, elle devrait permettre de diviser par deux le nombre de pannes et de réduire les coûts de maintenance de 10 à 40 %, selon le cabinet McKinsey.

Cette nouvelle approche est rendue possible par l’implantation dans les machines connectées de capteurs, capables de remonter chaque jour des milliers de données, et par l’utilisation d’intelligence artificielle pour traiter ces données. En se basant sur l’historique de fonctionnement des machines, il est possible d’anticiper les pannes. Le moyen de limiter les interventions et les coûts. De nombreux industriels l’ont déjà adoptée : d’abord dans le secteur de l’aéronautique, puis du ferroviaire, du BTP, ou tout simplement des fabricants d’ascenseurs. La SNCF veille ainsi depuis plusieurs années au fonctionnement de ses 50 000 km de voies, 15 000 passages à niveau et 15 000 trains quotidiens.

Bientôt dans tous les bons frigos

Quant aux fabricants d’électroménager, ils s’intéressent également de plus en plus aux possibilités offertes par les objets connectés. Les données remontées permettent déjà aujourd’hui d’intervenir à distance. Demain, les dysfonctionnements à venir pourront être prédits grâce aux différents capteurs qui effectuent des relevés de leur état de fonctionnement. Dès cette année, la marque LG a mis en place ce système, piloté par smartphone ou tablette, dans certains réfrigérateurs ou machines à laver.

Cela signifie que les métiers de l’après-vente devront s’adapter. L’Ademe a publié en juin 2017 une étude prospective sur le sujet. Elle note que les professionnels de la réparation « ne seront plus mono-spécialistes mais devront être capables de traiter des problèmes liés au réseau, à la connectivité » et que le secteur devrait se concentrer.

Anticipation, prévention, diagnostic voire interventions à distance ou aide à l’auto-réparation : le réparateur sera plus un conseiller qu’un technicien.

>>> Lire l’étude de l’ADEME : https://www.ademe.fr/impact-developpement-objets-connectes-reparation-competences-formation-l